Mieux comprendre | L'essentiel sur les fuites urinaires | Mieux vivre l'incontinence

Qu’est-ce que l’incontinence ?

Vous avez des envies pressantes d’aller aux toilettes ? Vous éprouvez des sensations désagréables voire douloureuses en urinant ? Vous n’arrivez plus à contrôler votre urine ou vos selles et vous vous demandez ce qui vous arrive ? Ces troubles sont peut-être les premiers signes d'un problème d'incontinence.

Dérouleur avec un rouleau de papier toilette vide sur lequel on peut lire le terme incontinence

Quelle est la définition de l’incontinence ?

L'incontinence se caractérise par une perte accidentelle et incontrôlée d’urine ou de matière fécale, occasionnelle ou régulière, même de faible volume, se produisant le jour ou la nuit. L’incontinence urinaire ou fécale n’est pas une maladie mais peut parfois être le symptôme d’une pathologie sous-jacente. Dans tous les cas, la perte involontaire d’urine ou de selles traduit un dysfonctionnement du système urinaire ou digestif qui ne doit pas être ignoré.

 

Quels sont les signes de l'incontinence ?

Souvent tabou, l’incontinence isole. Par honte ou par incompréhension de ce qu’elles vivent, les personnes concernées attendent parfois plusieurs mois, voire plusieurs années avant d’oser se confier à un proche ou à un médecin.

Pourtant, une liste de symptômes facilement identifiables permet de confirmer l’apparition de fuites urinaires, et de les prendre en charge le plus rapidement possible. Parmi ceux-ci, on peut citer :

  • la sensation de gêne ou de brûlure au moment de commencer à uriner
  • la sensation de « forcer » pour uriner
  • l’obligation de retourner aux toilettes plusieurs fois d’affilée parce que la vessie ne se vide pas complètement
  • l’écoulement involontaire d’urine en cas de toux, d’éternuement, d’éclat de rire…

Selon la cause, l'incontinence peut être temporaire ou définitive. Dans tous les cas, plus tôt celle-ci sera prise en charge, et moins elle aura de retentissements négatifs sur l’état émotionnel et psychique de la personne.

 

Qui peut être touché par l’incontinence ?

L’incontinence urinaire peut affecter des hommes et des femmes de tout âge, mais elle est plus fréquente chez les personnes âgées et chez la femme. Sur les 5 millions de Français concernés par ce trouble, 60% sont des femmes et 2,6 millions de personnes ont plus de 65 ans.1,2

 

Quelles formes peut prendre l’incontinence ? 

Parmi les types d’incontinence les plus fréquents, on distingue :

L’incontinence d’effort :

Des fuites plus ou moins importantes surviennent lorsque la personne tousse, rit, fait un jogging, soulève une charge.

L’incontinence par hyperactivité de la vessie ou incontinence par “impériosité” :  

Ce sont des envies pressantes d’uriner provoquées par des contractions involontaires de la vessie.

L'incontinence mixte :

Elle associe les deux types de symptômes. Elle représente 50 % des cas d'incontinence urinaire.2


Parmi les types d’incontinence urinaires plus rares, on recense :

L’incontinence par regorgement :

Empêchée de se vider normalement par un blocage de l’urètre (hypertrophie de la prostate chez l'homme par exemple), la vessie engendre un problème de vidange, elle se vide dès qu'elle regorge.

L’incontinence réflexe :

Un trouble neurologique ou une transmission incorrecte de l’influx nerveux au cerveau (via la moelle épinière) provoque la fuite involontaire d’urine ou de matières fécales.

 

 

Comment gérer les fuites urinaires dans la vie de tous les jours ?

Heureusement, des solutions existent pour permettre aux personnes souffrant d’incontinence de retrouver une qualité de vie au quotidien. Quels que soient le type et la cause du désordre, les personnes ont tout intérêt à :

  • éviter de boire de grandes quantités de liquide 3 à 4 heures avant le coucher
  • éviter les boissons diurétiques (café, thé…)
  • adapter leur mode de vie (éviter une consommation excessive de caféine, de tabac, d’alcool)
  • boire 1,5 l à 2 l de liquide/jour (une urine trop acide est irritante pour la vessie)

 

D’autre part, des solutions adaptées à chaque situation d’incontinence peuvent venir compléter l’adoption de ces mesures générales. Suivant les cas, un traitement médicamenteux, la chirurgie, la rééducation du périnée, la pratique d'un sport comme le yoga pourront soulager les personnes touchées par des problèmes de fuites urinaires.

Dans tous les cas, la solution la plus immédiate et la plus efficace consiste à porter des protections urinaires adaptées. Taille, degré d’incontinence et de mobilité : les hommes et les femmes peuvent choisir la protection correspondant le mieux à leurs besoins et à leur style de vie. Discrets, anatomiques et absorbants, tous les modèles de protections anatomiques, culottes et changes complets permettent de retrouver rapidement confort, sérénité et qualité de vie.

 

Les articles qui pourraient également vous intéresser

1étude de cadrage et Observatoire Shopper – KANTAR TNS pour HARTMANN 2018 
2Ameli.fr - Incontinence urinaire : mécanisme, fréquence et causes - 01 juin 2021 
Réf : HDBP03202301